23646023276_b2899a669c_z

qu’est ce qu’être dans l’instant présent?

1353241135110La plupart du temps, nous sommes dans une pensée référencée au déjà vécu, ou alors, anticipée sur ce qui va advenir, mais rarement dans l’instant, dans ce vécu éphémère du présent, de ce qui se vit là, tout de suite, dans cette inspiration, puis cette expiration consciente, présente.

Autrement dit, hier c’est déjà fini, demain n’est pas encore, aujourd’hui c’est maintenant.

Apprendre la présence, la conscience de l’ici et maintenant, c’est ouvrir ses sens comme si c’était la première fois, dans une écoute phénoménologique*. Pour cela, il me semble qu’il n’y a rien de mieux que d’activer nos sens, chacun individuellement, et de savourer comme cela :

écouterEntendre, de toute la conscience de l’écoute, percevoir la résonance en soi, les vibrations du son, les sonorités, les harmonies.

Humer, sans référence aucune, juste prendre le temps de se mettre en éveil, de s’installer dans cette présence de l’olfaction, laisser les parfums s’installer en nous, juste dans ce plaisir immédiat.

Voir, de la même façon qu’un enfant, avec l’émerveillement du petit quiarc en ciel découvre une couleur, une forme, une emprunte persistante sur la rétine, une harmonie de nuances. Regarder attentivement sans pour autant s’en référer au connu, aux mots, juste s’extasier de notre capacité à voir.

Toucher, laisser sa peau entrer en contact avec le monde, être présent au frisson de l’épiderme, à la sensation pure, à la réaction de notre enveloppe.

1383992180703Goûter, en laissant notre palais s’humidifier, laisser les saveurs se répandre dans la bouche, traverser les différentes étapes de décomposition chimique avant de déglutir.

Ressentir ce qui se passe en soi, être ici, présent à nos intéroceptions, le battement de son cœur, le va et vient de l’air en soi, la chaleur que nous dégageons, les soubresauts de la digestion…

Être au monde, présent aux mouvements qui nous entourent, approfondir le lien universel de l’homme uni à la terre et au ciel, s’ancrer dans cet espace et dans le temps.

En sophrologie, nous essayons de vivre les instants des séances dans l’ici et maintenant, dans un  espritsunrise-274257_640t phénoménologique, comme si c’était la première fois:  Je vis simplement, ici et maintenant, je suis dans l’instant présent, je sens, je ressent sans jugement, sans analyse. j’ose être présente au présent. J’ose l’intensité de l’instant, sans me référer ni au passé , ni au futur, juste au présent. Ainsi , j’inscris en moi une expérience, je l’apprécie pour ce qu’elle est.

file0001792954621 - CopieEt dans mon quotidien, je peux répéter l’expérience, pour l’inscrire en moi,  pour collectionner des expériences positives tout au long de la journée, comme passer à coté d’un jardin qui embaume les roses ou le lilas, écouter un air de musique avec toutes mes cellules auditives, mais également avec tout mon corps, laisser fondre dans ma bouche un carré de chocolat 75% de cacao, en appréciant les parfums les saveurs se diluer doucement sur mes papilles… à chacun d’apprécier ces petits plaisirs de la vie.

Alors, à vous d’essayer!

*La phénoménologie : selon le philosophe E. Husserl qui l’a développé au début du XXème siècle la phénoménologie c’est voir, appréhender le phénomène, comme si c’était la première fois, en oubliant toute théorie, tout à priori, sur le phénomène, le voir comme avec les yeux d’un enfant qui le voit pour la première fois.

Comment faire face à tout ce traumatisme dû aux attentats sur Paris ?

nuages Par Marianne AOUN ROBERTY psychologue et sophrologue

Le choc

La plupart d’entre nous avons été en état de choc lorsque nous avons appris les attentats sur Paris ce 13 novembre 2015.  Ce déferlement de violence inouïe était impensable, inédit depuis des décennies en France. D’autant plus que la cible était aveugle sans distinction de couleur de peau ou de religion, frappant au hasard. Cela aurait pu être l’un de nous à cette terrasse de café, ou dans cette salle de concert. C’est justement parce que ces victimes nous ressemblent que nous nous sentons  en état de choc. Sidéré. Effondré. Parce que nous pouvons nous identifié. Parce que le danger n’était pas prévisible pour aucune de ces victimes.

Aller prendre un verre avec des amis, aller manger au restaurant en famille, aller au concert pour son anniversaire ne sont pas des actes dangereux par nature, bien au contraire !

Le temps de recueillement

Le besoin de recueillement, de communion font partie du processus de deuil.

Le deuil est un processus long et complexe, qui peut passer par plusieurs étapes : l’étape du choc, en premier lieu, la sidération, l’incapacité à comprendre ce qui se passe.  Puis l’étape du dénie on ne peut, ne veut pas y croire,  suit souvent celle de la colère et du questionnement : pourquoi ? Où l’on cherche des responsables…, ensuite peut venir l’étape de l’effondrement dépressif avec  le chagrin, la difficulté à appréhender l’absence, et enfin  avec le temps, l’étape de l’acceptation, bien que ce mot ne soit pas si bien choisi, peut être plutôt le temps de l’apaisement

Dans les moments que nous avons vécu le 13 novembre, la sidération, l’incompréhension, la colère, l’effondrement, ont été collectifs. Que l’on ait perdu quelqu’un de proche ou non. Car c’est le hasard injustifié qui a touché les victimes.

Chacun à sa mesure va trouver ce temps, en famille, entre amis, ou de façons collectives.

Comment affronter ce traumatisme collectif ?

Je dirai qu’il est important de poser des mots sur son ressenti. Parler, s’exprimer, débattre, s’informer, dire ses sensations, ses peurs, sa peine, son chagrin.

De parler, de dessiner, d’écrire, de créer si cela fait partie de vos automatismes, de vos envies.

Peut-être aussi de militer si cela vous convient mieux.

De communier  de façon laïque ou selon ses croyances avec d’autres.  Se rapprocher les uns des autres dans des moments collectifs difficiles c’est tout simplement normal, humain.

Et aussi, de se recentrer sur nos valeurs, celle qui fonde notre unicité, notre équilibre personnel.

En sophrologie, j’irai vers des exercices d’ancrage, des exercices de recentrage, et bien entendu vers le 4ème degré sur la vivance des valeurs d’humanité, d’unicité, d’universalité, d’éternité.

Et après ?

Personne ne peut prévoir l’avenir, personne ne peut dire si cela recommencera ou non.

Alors j’aurai tendance à dire, profitez de chaque instant de la vie. vivez chaque minute avec intensité. Ne renoncez pas à vos rêves, à vos valeurs, soyez  vous-même, pleinement, intensément. Dites à ceux qui comptent pour vous combien vous les appréciez.

Vivez l’instant présent, l’ici et maintenant en toute  conscience, profiter de chaque petit bonheur qui passe, justement, avec cœur, avec intensité.

Parce que nous en valons la peine, parce que la vie en vaut la peine. Parce que la liberté d’être ce que nous somme en vaut la peine.