23646023276_b2899a669c_z

qu’est ce qu’être dans l’instant présent?

1353241135110La plupart du temps, nous sommes dans une pensée référencée au déjà vécu, ou alors, anticipée sur ce qui va advenir, mais rarement dans l’instant, dans ce vécu éphémère du présent, de ce qui se vit là, tout de suite, dans cette inspiration, puis cette expiration consciente, présente.

Autrement dit, hier c’est déjà fini, demain n’est pas encore, aujourd’hui c’est maintenant.

Apprendre la présence, la conscience de l’ici et maintenant, c’est ouvrir ses sens comme si c’était la première fois, dans une écoute phénoménologique*. Pour cela, il me semble qu’il n’y a rien de mieux que d’activer nos sens, chacun individuellement, et de savourer comme cela :

écouterEntendre, de toute la conscience de l’écoute, percevoir la résonance en soi, les vibrations du son, les sonorités, les harmonies.

Humer, sans référence aucune, juste prendre le temps de se mettre en éveil, de s’installer dans cette présence de l’olfaction, laisser les parfums s’installer en nous, juste dans ce plaisir immédiat.

Voir, de la même façon qu’un enfant, avec l’émerveillement du petit quiarc en ciel découvre une couleur, une forme, une emprunte persistante sur la rétine, une harmonie de nuances. Regarder attentivement sans pour autant s’en référer au connu, aux mots, juste s’extasier de notre capacité à voir.

Toucher, laisser sa peau entrer en contact avec le monde, être présent au frisson de l’épiderme, à la sensation pure, à la réaction de notre enveloppe.

1383992180703Goûter, en laissant notre palais s’humidifier, laisser les saveurs se répandre dans la bouche, traverser les différentes étapes de décomposition chimique avant de déglutir.

Ressentir ce qui se passe en soi, être ici, présent à nos intéroceptions, le battement de son cœur, le va et vient de l’air en soi, la chaleur que nous dégageons, les soubresauts de la digestion…

Être au monde, présent aux mouvements qui nous entourent, approfondir le lien universel de l’homme uni à la terre et au ciel, s’ancrer dans cet espace et dans le temps.

En sophrologie, nous essayons de vivre les instants des séances dans l’ici et maintenant, dans un  espritsunrise-274257_640t phénoménologique, comme si c’était la première fois:  Je vis simplement, ici et maintenant, je suis dans l’instant présent, je sens, je ressent sans jugement, sans analyse. j’ose être présente au présent. J’ose l’intensité de l’instant, sans me référer ni au passé , ni au futur, juste au présent. Ainsi , j’inscris en moi une expérience, je l’apprécie pour ce qu’elle est.

file0001792954621 - CopieEt dans mon quotidien, je peux répéter l’expérience, pour l’inscrire en moi,  pour collectionner des expériences positives tout au long de la journée, comme passer à coté d’un jardin qui embaume les roses ou le lilas, écouter un air de musique avec toutes mes cellules auditives, mais également avec tout mon corps, laisser fondre dans ma bouche un carré de chocolat 75% de cacao, en appréciant les parfums les saveurs se diluer doucement sur mes papilles… à chacun d’apprécier ces petits plaisirs de la vie.

Alors, à vous d’essayer!

*La phénoménologie : selon le philosophe E. Husserl qui l’a développé au début du XXème siècle la phénoménologie c’est voir, appréhender le phénomène, comme si c’était la première fois, en oubliant toute théorie, tout à priori, sur le phénomène, le voir comme avec les yeux d’un enfant qui le voit pour la première fois.

Les émotions

Les émotions sont des expériences, des réactions psychologiques et physiques à une situation qui peut être interne et /ou environnementale.

Emotion vient du latin motio qui signifie  action de se mouvoir, mouvement.

Les émotions sont une suite de réactions en chaîne dans notre système nerveux central, qui entraîne des réactions physiologiques de notre système nerveux autonome.

Autrement dit, lors d’une émotion, nos sens sont averti en premier lieu (la vue, l’odorat, le gout, l’ouïe, le toucher) cette information est transmise à notre cerveau qui va déclencher une réaction biochimique en chaîne  afin de nous préserver d’un éventuel danger.

Car à l’origine, nos émotions ont pour fonction de nous protéger.

20150128 190243
Il existe 6 émotions primaires :
La joie
La colère
Le dégoût
La peur
La tristesse
Et la surprise.

Ces émotions ne sont pas l’apanage des êtres humains, mais sont partagées par bon nombres d’animaux sur terre.

Quand nous affirmons que les émotions sont faites pour nous protéger, il faut se replacer dans le contexte de nos ancêtres les hommes préhistoriques qui devaient affronter toutes sortes de dangers dans leur environnement. Mais nous allons voir que finalement nous avons gardé bon nombres de ces émotions salvatrices même encore aujourd’hui.

  • Si l’on considère la peur elle a pour fonction de nous avertir d’un danger. Notre vision devient alors plus précise, nos réflexes sont plus vifs, nos muscles sont irrigués et prêts à fonctionner, et nous sommes moins sensible à la douleur tout cela, donc pour nous préparer à affronter le danger  ou à le fuir.
  • Le dégoût, quant à lui, nous permet de ne pas manger des aliments qui pourraient être dangereux voire toxiques pour nous, par exemple s’il ne sent pas bon…
  • La surprise met tous nos sens en éveil, afin de fuir s’il le faut un danger.
  • La colère me permet de me surpasser en rassemblant toute mon énergie pour dépasser un obstacle qui me résiste.
  • La joie et la tristesse, me permettent de me rapprocher des autres, dans la joie, je partage une convivialité qui me permet de ne pas être seul, dans la tristesse, je permets la compassion et le rapprochement des autres qui veulent me consoler.

Nos émotions sont situées dans le système limbique de notre cerveau. Il est constitué de plusieurs zones : thalamus, les 2 amygdales cérébrales, l’hippocampe, et l’hypothalamus, qui vont recevoir l’information et l’orienter vers une réaction en chaîne biochimique et physiologique.

  • En premier lieu nos sens perçoivent un danger

>L’information arrive en un centième de milliseconde dans notre système limbique, ici dans le thalamus qui va d’une part renvoyer l’information dans la zone spécifique du cortex propre à chacun de nos sens,

>Mais aussi dans les amygdales cérébrales en lien avec l’hippocampe chargé de traiter l’information sur le plan de la mémoire (est ce que j’ai déjà vécu cette situation)

>Et  également  dans l’hypothalamus qui va donner des ordres à notre système nerveux autonome qui commande tous nos réflexes vitaux (battement du cœur, respiration, digestion…)

> Ces informations sont alors transmises aux glandes surrénales qui vont envoyer dans le sang une grosse décharge d’adrénaline. Cette dernière est un flot d’énergie qui va accélérer le rythme cardiaque, mais aussi la respiration. Cela a pour conséquence d’alimenter les muscles en oxygène afin qu’ils soient le plus efficace possible, en particulier nos jambes (c’est pour cela que l’on pâli, car nos jambes sont mieux irriguées que notre visage), notre digestion se met en pause,  notre foie envoie du sucre dans le sang afin d’alimenter l’effort et nous nous préparons à refroidir notre corps des efforts qu’il va produire, alors nous transpirons.

  • Si le danger est minime, ou insignifiant finalement, le corps retrouve son calme, et tout rentre dans l’ordre.
  • Si le danger est réel, nous attaquons, ou nous fuyons.

Le stress

Le stress est une émotion exagérée et hors de propos provoquée par notre cerveau qui provoque les mêmes réactions en chaîne sur les plans biochimiques et physiologiques, sans qu’il n’y ait de réponses physiques de notre corps. Nous sommes programmés pour attaquer ou pour fuir, et là nous ne bougeons pas.

Pour mieux comprendre  ce qui se passe sur le plan biochimique dans notre corps :

> Quand nous subissons un stress, inconsciemment nous accélérons notre respiration (hyperventilation), ce qui va conduire à une  diminution de la concentration du gaz carbonique dans le sang (hypocapnie), et donc à un déséquilibre acido-basique du plasma sanguin qui prend un PH basique (alcalose respiratoire). Cela entraîne une vasoconstriction générale indispensable pour la préparation à l’effort physique, MAIS complètement inadapté si l’on ne bouge pas !

C’est alors que cette vasoconstriction générale va entraîner des conséquences sur :

  • le cerveau (difficulté de concentration),
  • le cœur (tachycardie),
  • les muscles (tension voire raideur musculaire jusqu’à la fibromyalgie),
  • le tube digestif (maux de ventre, diarrhée…)

Sans y remédier, le stress devient chronique, et entraîne des complications qui pourront entraîner des dépendances médicamenteuses, des addictions, des insomnies chroniques, dépression, envie d’en finir…

Comment y remédier ?

La prise de conscience de son état physique et mental sont les premiers pas vers la solution. Ensuite, il est important d’identifier la source du stress (travail, famille,…)

Il va sans dire, qu’il est alors important de se faire suivre auprès d’un médecin, d’un psychologue, d’un sophrologue… afin de remédier au mal en se prenant en charge.

Il me semble important de signaler qu’un médicament psychotrope, quelle que soit son efficacité, ne saura résoudre à lui seul le problème. Si je me casse une jambe, j’aurai beau marcher avec des béquilles, ce ne sont pas elles qui guériront ma jambe, mais bien les soins que j’y apporterai. Le médicament psychotrope c’est la même chose. Considérons-le comme une béquille, mais agissons pour pouvoir s’en passer le plus tôt possible.

En psychothérapie, le travail consistera à identifier les causes de ce stress, à en chercher les origines, et à comprendre pourquoi  le sujet succombe à ce stress plutôt que de se préserver, qu’est ce qui dans l’histoire du sujet, peut expliquer cet état.

En sophrologie le travail consistera à pratiquer des exercices pour apprendre à évacuer les tensions accumulées, à travailler sa respiration, à comprendre comment se préserver, s’écouter, et limiter le stress.