pour une rentrée sophrologique

bonjour!

relax-1183533_1920

La rentrée de septembre s’annonce riche en offres sophrologiques à CIRES LES MELLO,

en effet je vais proposer  en plus des 2 groupes adulte les jeudis à 17 h et à 19 h,

un  groupe destiné aux enfants!

 de 5 à 12 ans, les mercredi matin à 10 h. durées 1h. 

tarif:  10 euros la séance enfant; 15 euros la séance adulte.

possiCute girl and boy blowing soap bubbles, outdoorsbilité d’abonnements.

inscription obligatoire au : 06.72.98.93.11

les places sont limitées!

 

Stress à l’école, difficultés de concentration ? Et si vous testiez la sophrologie ?

en équilibre

Kézako ?

La sophrologie est un ensemble de petites techniques douces et faciles à utiliser, qui vont permettre à l’enfant de soulager son anxiété, et lui permettre de mieux respirer.

Pour quel objectif ?

La sophrologie va lui apprendre à connaitre son corps au travers de ses sensations. De plus elle va l’aider à avoir une attitude positive, bienveillante avec lui-même. A se percevoir en harmonie avec son corps et son esprit.

Cette technique simple est efficace auprès des enfants agités, qui ont du mal à tenir en place, elle leur donne des outils pour se poser, se concentrer sur leurs sensations.

Elle est également efficace auprès des enfants anxieux, stressés. La sophrologie va les aider à retrouver le calme en eux.

Elle aide également les enfants qui présentent des tics nerveux, qui bégaient, ou énurétiques

La sophro peut commencer relativement jeune vers 4 ou 5 ans, à cet âge, elle est plutôt orientée sur des exercices très ludiques, que l’on enseigne aussi aux parents afin que l’enfant puisse les reproduire avec eux à la maison.

L’enfant vers 7 ou 8 ans, à une bonne conscience de son corps, et peut donc intégrer seul les techniques de relaxation dynamique, de visualisation et d’actions positives.

A l’adolescence, le corps est une énigme qui ne répond plus comme avant, qui change vite et semble nous trahir. La sophrologie viendra pour apaiser toutes ces émotions excessives, aider à la réconciliation corps / esprit, donner des clefs pour faire la paix avec soi-même, libérer les tensions démesurées qui l’encombre.

bulle

Comment ça marche?

Le premier rdv permet de poser des mots sur le mal-être. Les mots des parents, mais également ceux des enfants parfois bien différents. J’écoute son histoire, sa place dans la famille, les évènements marquants récents qui aurait pu perturber l’enfant… cela s’appelle faire l’anamnèse.

Puis selon l’âge et le choix de l’enfant, je le garde seul, afin de l’initier à quelques techniques simples. Si l’enfant est jeune nous abordons la sophrologie sous forme de jeux.

Ensuite j’interroge l’enfant sur ses ressenties. Comment il a vécu la séance, quelles sensations il a senties dans son corps. Cela peut parfois se faire sous forme de dessins. Et enfin,  je lui demande s’il souhaite poursuivre l’expérience avec moi. (Sans accord, je ne poursuis pas. Cela serait inutile car il est indispensable d’avoir envie de changer, envie que les choses évoluent pour que la sophrologie ait un véritable impact)

Par la suite, j’établirai des protocoles qui s’adapteront à la problématique mais également à l’enfant, son humeur, sa fatigue, son vécu de l’instant présent.

Il est indispensable que les parents s’impliquent dans la démarche, en comprenant le but des exercices, mais également en incitant l’enfant à répéter à la maison. Quitte à le faire avec lui.

La sophrologie n’est pas une recette miracle, mais un entrainement. Elle devient un art de vivre quand on a intégré la méthode dans son quotidien.

Le sophrologue va s’adapter à son patient, mais il ne peut pas forcer son patient à pratiquer régulièrement. C’est l’implication du patient ou de son entourage qui va l’aider à progresser, et sortir gagnant pour lui-même.11412442_1013908381966754_824887366994105775_n

Combien de séances ?

Selon les problématiques, il faudra envisager 7 à 10 séances. Parfois plus, parfois moins, selon la problématique et le degré d’implication du sujet.

Individuel ou collectif ?

La sophrologie peut se vivre en séance individuelle, elle s’adapte ici très précisément à la demande du patient.

Elle peut également se vivre en groupe, avec une vision moins individuelle mais avec un vécu et des partages plus riches.

Les groupes d’enfants sont plus restreint que les groupes d’adultes et veilleront à une certaine homogénéité quant à l’âge des enfants.

 

Le coût ?

Evidement le coût des séances en individuel n’est pas le même qu’en cours collectif. Attention néanmoins à ce que le choix se fasse en bon équilibre avec le but recherché. Les séances individuelles permettent une approche ciblée. Les séances collectives, bien qu’efficaces sur certaines problématiques, ne sont pas individualisées, elles s’adaptent au plus grand nombre.

 

17623624174_0cffe66c1f_z

nouveau! des groupes pour septembre

nouveaté au cabinet!

A partir du 12 septembre 2016

 je vais proposer de la sophrologie en groupe

de 6 à 8 personnes

Pour améliorer :

son bien-être

Sa sérénité

17623624174_0cffe66c1f_z

Offrez-vous un espace pour vous chaque semaine

 

Cabinet de psychologie et sophrologie

Marianne AOUN ROBERTY

23 traverse des coquières

13400 AUBAGNE

 Inscription au 06 72 98 93 11

Groupe 1 : lundis  de 17h30 à 19h adultes / ados

Groupe 2 : mercredis de 14h30 à 16h enfants (à partir de 6 ans)

Groupe 3 : jeudi de 12h à 13h30 adultes / ados

xemenia and her mom 328...

L’objectif : améliorer son existence, développer sa respiration bienfaisante, et  trouver en chacun de nous, un

espace de bien-être et de sérénité. Dans cet espace d’attention bienveillante que vous vous accordez, vous trouverez une ambiance calme et apaisante, propice à la libération des émotions et de la parole.

La durée : 1h 30 une fois par semaine, pendant les 9 mois de l’année scolaire hormis les vacances.

Déroulement des séances : Nous commencerons toujours les séances par un temps d’échange sur la semaine écoulée et les ressentis de chacun, puis un temps de relaxation permettant à chacun, à son rythme de détendre son corps et son esprit. Ensuite viendra un temps de relaxation dynamique (enchainement de mouvements) accompagné d’exercices sur la respiration, et parfois aussi de visualisation.  Nous finirons la séance de nouveau sur un temps

d’échange sur les sensations ressentis durant la séance. Il vous sera possible de noter vos ressentis sur un carnet.

La tenue : Aucune tenue ni aptitude physique particulières ne sont demandées pour pratiquer, il est cependant conseillé de porter des vêtements confortables, vous serez libre de vous déchausser si vous le souhaitez

nuages

Tarif :

à l’année 350 euros

Par trimestre 144 euros

A la séance 15euros

La 1ere séance sera gratuite.

 

conte sophro: le petit trappeur

 

ce petit conte écrit pour un enfant de 11 ans, inclus à la fois une histoire et des exercices de sophrologie que l’on peut faire avec l’enfant. 

Il était une fois, un jeune trappeur qui était parti à la chasse dans la montagne, au cœur de la forêt… il poursuivait unphoto de la forêt Cari=oline animal depuis déjà un long moment, quand l’animal lui échappa,  à cause d’une nappe de brouillard qui envahi toute la montagne…c’est alors qu’il se rendit compte, qu’il était un peu perdu…

Il ne connaissait pas du tout cette partie de la montagne, et tout d’abord, il paniqua un peu… puis, il se mit à réfléchir… alors il posa son sac à dos, son fusil, et il décida de souffler tout l’air qu’il avait dans ses poumons… puis d’inspirer en gonflant le ventre, et de souffler doucement… plusieurs fois… et plus il respirait ainsi, et plus il sentait le calme revenir en lui…

Il eut l’idée alors de tester d’où venait le vent pour savoir si le brouillard allait se lever… alors il mouillât un doigt, bascula tout son poids sur une jambe, et leva le bras du même côté pour savoir d’où venait le vent (2x d’un côté, 2x de l’autre, 2x des deux bras)

Le vent  lui indiqua que bientôt le brouillard se lèverai, mais comme la nuit allait tomber, il décida de chercher un coin confortable pour passer la nuit… il se mit à marcher comme un indien pour ne pas effrayer les animaux qui pourrait être là… (marche attentive et silencieuse j’inspire en posant le talon j’expire en posant tout le pied…)

Il lui fallait trouver un endroit près d’un ruisseau, alors il s’arrêtait de temps en temps, pour écouter… puis repartait dans la direction du son de l’eau… (Je suis attentif à tous les bruits et je peux imaginer les bruits de la forêt autour de moi…)

Quand il trouva le ruisseau, il installa son campement, et il alluma un feu… il rassembla du bois sec, et souffla sur les braise pour que le bois prenne. (Je souffle fort plusieurs fois sur les braises…)

Qsunrise-274257_640uand le feu fut bien haut, il tendit ses mains pour se réchauffer tout le corps… (je tends les bras, en fermant les yeux, j’essaie de sentir la chaleur du feu qui se répand dans tout mon corps)

Puis il sorti sa gamelle et la posa sur le feu pour cuire sa nourriture, et enfin la déguster (j’imagine que je mange et les effets de cette nourriture dans mon corps)

La nuit était tombée, il était fatigué après cette journée, alors il s’installa confortablement, tranquillement, la nuit était calme, les étoiles brillaient dans le ciel, il se sentait en sécurité. (je ferme les yeux et j’imagine que je suis allongé confortablement dans mon sac de couchage, que les bruit de la forêts sont agréables autour de moi, j’entends le feu qui crépite, le bruit de la source, je sens les étoiles au-dessus de moi qui tapissent le ciel…)Demain, il fera jour, et il retrouvera son chemin sans problème, et puisque c’est ainsi, il peut s’endormir sereinement. Ce qu’il fit !

Reprise

changer

1377109894706Changer

«C’est impossible, dit la fierté;

C’est risqué, dit l’expérience;

C’est sans issue, dit la raison;

Essayons, murmure le cœur»

– William Arthur Ward

 

 

Beaucoup d’entre nous désir changer de vie, de métier, d’horizon… quelques-uns le tente, mais bien souvent, nous n’osons qu’en rêver sans pour autant mettre en œuvre ce changement.

Comment fait-on pour changer ? Que mettent en œuvre ceux qui changent ???

Bien souvent, ceux qui osent changer sont à l’écoute d’eux-mêmes, attentif à leurs émotions.

Autrement dit, changer c’est savoir s’interroger dans un premier temps,  ici et maintenant sur ce que nous ressentons ; se poser la question si nous sommes en adéquation ou non avec nos valeurs dans ce que nous vivons, sommes-nous en congruence, en phase, avec ce que nous sommes vraiment ?

Comment savoir s’il serait nécessaire de changer ?

Prenons un exemple : si je suis quelqu’un qui respecte la nature, mais qui travaille dans un milieu qui n’en fait pas cas, bien sûr je peux tenter de faire changer les choses dans mon lieu de travail, mais cela n’est pas toujours entendu, ni compris, ni suivi, au bout du compte je vais finir par m’y sentir mal, en décalage avec mes valeurs, et peut être même mis à part, stigmatisé… est-ce que je peux continuer ainsi ? Ne vaut-il mieux pas changer de métier  ou de lieu de travail si c’est possible ?

Parfois le décalage n’est pas si grand, il est juste insidieux, sournois, cela peut se manifester par des dimanches soir difficile, des débuts de semaine plein de lassitude, le décompte des jours avant les prochaines vacances…

Cela peut aussi se jouer à l’inverse par un surinvestissement dans le travail, qui alors ne me laisse plus le loisir de penser à moi, le travail prend toute la place même le weekend ! Je me sens submergé, incapable de décrocher…ma vie n’a plus aucun intérêt que mon travail. (il y a des boulot passionnant, je vous l’accorde, qui ont cet effet là , mais dans ce cas nous sommes dans le plaisir, et nous n’avons aucun désir de changement).Ici, nous parlions de décalage entre ce qui est moi, et la place que je m’accorde, mes valeurs, mon ressenti, et la place du travail.

Il y a également des désirs de changement qui relève de la survie comme les cas de harcèlement au travail, ou les cas de burnout dû à un management inhumain, nous sommes là dans le cadre de la prévention des risques psychosociaux.

Dans tous ces cas, il semble important de prendre le temps de faire une pause, afin de s’écouter, de percevoir les signes que nous envoie parfois notre corps pour nous forcer à nous reconnecter à notre pensée, à notre ressenti  en équilibre corps / esprit, en harmonie avec ce que nous sommes vraiment.

N’avez-vous pas remarqué que notre corps nous parle ? Avec les moyens dont il dispose, c’est-à-dire la survenue d’un disfonctionnement, une douleur, d’une « mal-à-dit » (maladie) ? Certaines personnes peuvent aller très loin dans l’ignorance de ce langage-là, et parfois le corps frappe fort, de plus en plus fort, jusqu’à l’effondrement, la décompensation qui semble alors le seul moyen de stopper le cercle infernal de surdité à soi-même.

Pour changer commenço1367508330835ns donc par écouter nos émotions, ce que nous sentons, ce que nous ressentons à l’intérieur, ce que nous dit notre corps, en toute conscience.

Prenons le temps de nous interroger sur nos valeurs, sur ce qui nous convient, sur ce qui est important pour nous. En nous posant la question : est-ce que cela me convient ? Est-ce que je me sens en accord avec cela ?

Comment me reconnecter à moi-même ?

En sophrologie, nous allons travailler sur la connaissance, la conscience de notre schéma corporel, mais également sur le sens que nous donnons aux valeurs universelle qui nous gouvernent. Ces valeurs prennent une importance fondamentale dans le cheminement vers l’harmonie corps/esprit. D’ailleurs, Alfonso Caycedo  a défini la discipline qu’il a inventée comme « une science de la conscience et des valeurs de l’existence ». Les valeurs qu’il a mis en avant sans pour autant que cette liste soit exhaustive, sont :

  • L’individualité, comme symbole de liberté individuelle, d’existence propre, de respect de soi.
  • La groupéité, comme la rencontre avec l’altérité, l’autre complémentaire, le lien qui m’uni à ma famille, mes proches, mes amis. Cette rencontre de mon individualité avec celle de l’autre.
  • La société, comme la force du vivre ensemble, la construction d’un ensemble d’individualités complémentaires.
  • L’humanité, comme unité de ce que nous sommes sur cette terre quel que soit l’endroit où nous sommes né, la couleur de notre peau, la religion ou non que nous pratiquons. L’humanité est notre condition d’humain c’est aussi cette solidarité humaine que nous pouvons étendre à tout autour de nous, les qualités humaines essentielles pour vivre en bonne harmonie.
  • L’éternité, dans un sens spirituel néanmoins laïque, comme une valeur de continuité, d’ensemble, d’infini en perpétuel prolongation de soi, de l’autre, de l’ensemble que nous formons.

Cette base de valeurs, va nous aider ensuite, à chercher en nous d’autres valeurs plus personnelles, plus pragmatiques.

 

Ainsi, parfois sans nous en rendre compte, nous exprimons nos valeurs dans notre quotidien, comme respecter les emplacements handicapés sur les parkings, laisser sa place à une personne âgée dans les transports en communs, tenir la porte à la personne qui me suit, acheter à un producteur ses fruits et légumes sur le marché plutôt qu’en grande surface… ces choix de vie, ont une résonnance en nous qui tiennent à des valeurs acquises par l’éducations reçue mais également à des choix sur ce que nous voulons faire dans cette société.

 

Le changement donc va s’amorcer sur la prise de conscience de ce que nous voulons valoriser en nous. Par une réflexion tout d’abord, puis des  actions sur plusieurs plans.

Evaluer nos peurs qui bloquent le changement, revenir si nécessaire sur notre propre histoire, pour en évaluer l’impact, les liens qui nous retiennent.  Evaluer nos croyances profondes qui peuvent elles aussi nous empêcher d’avancer. En psychothérapie nous avançons sur ce plan là, en explorant les blocages plus ou moins ancien, en évaluant la place que nous avons joué, l’environnement qui nous a contraint, et en mettant des mots sur ce vécu. Nous nous replaçons dans l’ici et maintenant avec un regard bienveillant sur soi, en guérissant l’enfant intérieur que nous avons été. Je dis souvent à mes patients, qu’une psychothérapie ce n’est pas effacer pas le passé, mais nous permettre de vivre avec, en faisant la paix avec nous-même. Nous travaillerons sur la revalorisation de notre estime de soi ;

Prendre de la distance avec ces liens, jusqu’à les rompre.

En sophrologie, nous allons proposer un travail de projection dans le futur, afin de se préparer au changement, s’y voir déjà, se visualisé dans le futur et d’évaluer les points positifs. Se préparer aux difficultés éventuelles et se voir les surmonter, et prendre de la distance avec nos peurs bloquantes. Nous irons explorer les capacités que nous sommes capable de mettre en avant, et ainsi regonfler la confiance en soi. Dans tous les cas, nous irons vers une action positive, harmonieuse avec soi.

On pourra également se diriger vers un bilan de compétence si le changement concerne le travail afin d’identifier justement les ressources, les compétences qui nous correspondent le mieux. Clarifier ce qui fait de nous tel ou tel professionnel.

Le changement ensuite viendra avec son lot d’aléas, de réussites et d’échecs. L’important étant de ne pas s’arrêter sur le chemin, mais bien d’avancer. L’échec reste un échec si l’on s’y arrête définitivement et que l’on renonce. Il devient expérience quand nous en tirons des leçons pour recommencer autrement, différemment, en tenant compte de cet accroc dans notre parcours.

Le courage c’est de ne pas renoncer à nos rêves. Nous se saurons jamais si nous n’essayons pas.

alors essayons! et si c’est difficile, il y a sur votre routes des personnes prêtes à vous aider à oser.

contactez moi!

 

 

Qu’est ce que la relaxation ?

Relaxation pour quoi faire ?

La relaxation ne doit pas être une corvée, elle ne doit pas prendre des heures dans la journée, elle n’est pas forcément passive…

Alors qu’est-ce que c’est ?

Numerisation0011

La relaxation en sophrologie peut se présenter sous deux formes : dynamique ou statique.

Dans la relaxation dynamique nous sommes debout ou assis, et nous sommes dans la prise de conscience de notre corps par le mouvement de celui-ci. Nous mettons en mouvement par exemple le bras gauche, en synchronisant ce mouvement avec notre respiration, tout le reste du corps étant immobile et détendu, et nous essayons de percevoir par tous nos sens,ce qui bouge en nous, que ce soit la perception d’une chaleur dans ce bras qui n’existe pas ailleurs dans notre corps, que ce soit la sensation que ce bras est plus présent par rapport à l’autre….

Cette forme de relaxation dynamique permet d’être présent à soi-même, de se rendre compte que nous habitons notre corps, qu’il est présent et que nous pouvons le percevoir par différent canaux : l’entendre bouger, le sentir bouger à travers nos muscles et nos os, sentir des picotements, de la chaleur ou autre quand nous le bougeons…etc.  Et ainsi accéder à la conscience de notre schéma corporel en toute bienveillance.

 

 

Numerisation0010

La relaxation statique en sophrologie est souvent associée à des visualisations induites par le sophrologue qui vous invite à, par exemple, évoquer un paysage apaisant, un moment ressource pour vous, qui va vous aider à vous détendre, à trouver un moyen accessible à tout moment par vous, pour se détendre.

Par exemple, sur la chaise du dentiste, quand nous voulons nous détendre, avec un peu d’entrainement, nous serons capable de fermer les yeux et d’évoquer ce bord de mer que nous aimons tant, afin de nous aider à retrouver notre calme et nous détendre pendant un moment qui sans cela serai un moment de stress.

Quand utiliser cet outil ?

J’ai envie de dire, tout le temps ! C’est-à-dire chaque fois que j’ai un moment où je pourrais stresser, où je pourrais m’énerver, je peux utiliser un exercice de relaxation dynamique ou statique.

Par exemple, dans le train bondé aux heures de pointes, le train s’arrête en pleine voie, il ne bouge plus et la tension monte, les gens râlent autour de vous… à ce moment-là, vous n’avez aucun moyen ni de faire bouger le train, ni de savoir ce qui se passe, ni de savoir combien de temps cela va durer… si vous vous énervez, cela ne changera rien… alors autant se détendre, prendre le temps de se recentrer sur soi, et respirer , s’apaiser avec une image détente, ou mettre en tension /détension quelques parties de son corps…

Luc Audouin ( fondateur du CEAS Paris   ) a une formule qui me parle bien pour ces moment-là : « attente = détente », ce qui signifie, quand j’ai un instant d’attente, que cela soit imprévu ou non, je peux mettre ce temps-là à profit pour me détendre :  dans la queue d’un distributeur de billets, dans la queue à la caisse d’un super marché, ou d’un péage d’autoroute, dans les temps de transport….etc.

La relaxation ne marche pas sans la respiration.

En effet, notre souffle contribue à accentuer ou non notre état de détente ou de stress.  Plus notre souffle se situe haut dans notre cage thoracique et plus nous avons besoin de prendre de nombreuses inspirations pour oxygéner notre corps et en particulier notre cerveau, ce qui induit des battements cardiaque rapides et un sentiment de stress important.  A l’inverse, plus nous avons une respiration basse, emplissant la totalité de nos poumons d’air, en gonflant notre ventre à l’inspiration et en rentrant le ventre à l’expire, plus notre cœur ralenti son rythme, et notre esprit s’apaise.

 

Numerisation0009

Faites l’expérience vous-même : posez vos mains sur votre ventre, et vider vos poumons en appuyant un peu sur votre ventre pour vider celui-ci de tout l’air, puis inspirer en gonflant votre ventre comme un ballon, qui va pousser vos mains vers l’extérieur… recommencer plusieurs fois, jusqu’à sentir votre corps se détendre, votre cœur s’apaiser…

Puis posez vos main sur votre torse, très haut, sous vos clavicules, et inspirer comme pour un sanglot, par petit bouffées rapides, plusieurs fois, vous sentez alors votre cœur accélérer son rythme, et parfois même vous pouvez avoir la tête qui tourne… vous avez expérimenté la respiration sous claviculaire, que l’on peut ressentir dans un état de stress. Et qui parfois peu conduire à des malaises.

Comprendre comment notre corps fonctionne et quels sont ses besoins peut nous aider à retrouver un état d’homéostasie, d’équilibre, pour vivre en harmonie avec soi-même. Et ça c’est faisable tous les jours, tout le temps.